Entreprenariat

Si on m’avait dit il y a 10 ans que je me lancerai dans l’entreprenariat et quitterai l’éducation nationale, j’aurai répondu : impossible ! D’abord parce que je n’ai pas fait d’études allant en ce sens, ensuite parce que je ne me suis jamais sentie l’âme d’un leader, aussi parce que j’aimais trop mon métier d’enseignante et enfin parce que je m’en sentais absolument incapable. Tant de raisons qui n’auraient jamais dû m’amener là où je suis aujourd’hui. Pourtant une série de circonstances m’y a conduite.

2011

Je suis dans un lycée classé ZEP à Mantes-La-Jolie. J’adore mon post, j’adore mes élèves et je m’entends super bien avec mes collègues scientifiques et agents de laboratoire. Mais le nombre d’élèves inscrits en première et terminale scientifique diminue. Dernière arrivée, je subis une mesure de carte scolaire (fermeture de poste) et un changement d’établissement. Je quitte mon cocon et me retrouve en collège de centre-ville. Nouvelle ambiance, nouvel état d’esprit, tellement différent du mien… Je suis différente, je dois refaire mes preuves au collège et montrer que je suis compétente.  Le mal-être commence. Chaque jour je pars au travail la boule au ventre. J’aime mon métier et me donne à fond pour mes élèves. La principale change d’avis et commence à reconnaître ma valeur, mais je ne me sens toujours pas à l’aise dans cet établissement…

2013

Je tombe enceinte en début d’année puis accouche de mon sixième enfant. J’ai toujours ce mal-être persistant malgré ma passion pour ma profession. J’ai besoin d’un break. Je décide de profiter pour la première fois de prendre un congé parental de 3 ans et faire le point. Ma Principale me suppliera de rester tant elle aime ma façon de travailler. Mais ma décision est prise. Ma première année est un break total de l’enseignement. Je fais un burn out. Je prépare des gâteaux toute la journée. Ma maison est en désordre alors qu’avant elle était organisée. Je pleure beaucoup et suis à fleur de peau. J’accouche de ma fille en octobre. Je rencontre Clémence alias @madeinclems sur instagram par le biais de nos maris qui sont amis. Elle me prépare un gâteau en pâte à sucre pour l’occasion. C’est un coup de cœur. On ne se quittera plus.

2014

Lors d’une conférence, je découvre l’école à la maison et décide de me lancer dedans à la rentrée septembre 2014 pour faciliter principalement un de mes fils qui était en souffrance dans le système scolaire à cause de sa dyslexie. La première année sera chaotique. Zéro organisation. Zéro information sur mes droits et devoirs. J’y vais au doigt mouillé. Je travaille la nuit sur les activités et le matin je n’ai plus la force de gérer. C’est du n’importe quoi. Mon conjoint est contre ce choix, mais je tiens tête… Avec les enfants, c’est tendu, il y a beaucoup de conflits et je crie trop souvent…

2015

Je commence à prendre mes marques. Je n’ai plus envie de retourner à l’école. J’ai envie de me consacrer à mes enfants, mais j’aime trop travailler et j’aime mon indépendance. J’ai pleins d’idées mais pas le courage de me lancer. Je pense ne pas avoir les compétences nécessaires pour y arriver. Au cours d’une discussion, @madeinclems m’encourage à me lancer dans l’entrepreneuriat. On essaie de monter ensemble un commerce de vêtements féminins mais ça ne prend pas. Je décide finalement de créer un site internet pour vendre du matériel pédagogique. Je bosse dessus presque un an et demi. Je fais une demande d’IDV auprès du rectorat (demande d’indemnité de départ volontaire). Je présente un projet ficelé. Un dossier de plus de 200 pages avec un prévisionnel payé à un comptable 350€. Mais le rectorat me refusera ce droit à deux reprises… Je ne veux pas emprunter d’argent à la banque. Le projet tombe à l’eau. 

2016

Financièrement c’est très difficile. On a une maison. Un seul salaire. On commence à s’endetter. Mon couple bat de l’aile…

@madrassa_lmde m’encourage à former. C’est vrai que j’aime enseigner. Je change les statuts d’une ancienne association que j’avais créée il y a longtemps et qui était en sommeil. Je me lance alors dans des ateliers de remédiation scolaire et des formations en présentiel mais les débuts sont difficiles. Je n’ai pas l’habitude de transmettre aux adultes. C’est une autre façon de faire. Je finis quand même par prendre mes marques. Les fonds récoltés me permettent d’acheter du matériel. Je ne sais pas communiquer sur les réseaux sociaux. J’ouvre instagram mais ne sais pas m’en servir et ne publie rien dessus. J’ai Facebook mais ne suis pas régulière dessus. Donc difficile de se faire connaître.

Aziza continue de m’encourager et me pousse à me lancer dans les formations en ligne. J’ai beaucoup de mal avec le commerce internet, mais je finis par adopter l’idée. Il faut de nouveau refaire un site. Je m’inscris en tant qu’auto-entrepreneur et perds de fait mon droit au congé parental. Plus un sous en poche… En parallèle, je me sépare de l’amour de ma vie. Je l’aime mais on ne s’entend plus. On est endetté. Je suis en pleine dépression. Je n’arrive plus à rien. Je ne gère plus mes enfants. Je me remets totalement en question. Dans une séparation on a toujours sa responsabilité. Je lis, puis me forme sur la communication apaisée (ateliers Faber et mazlish) avec COM’AP.

Je déménage et pars de ma ville natale, ne trouvant pas de logement (on me proposait de vivre dans un foyer d’accueil avec mes 6 enfants).  Je me retrouve seule dans une nouvelle ville, perdue… Je n’ai plus un sous en poche. Je me demande chaque jour comment je vais m’en sortir et donner à manger à mes enfants…

La maison est enfin bradée et vendue à perte à la fin de l’année. Les dettes sont remboursées. Mais il n’y aura aucun excédent. Je m’en moque Je ne veux plus de dettes… La CAF m’ouvre enfin un droit au RSA.

2017

Décembre 2016, je transforme ma société en SASU. Coût financier : 1500€. Les derniers deniers gagnés en formant en présentiel. Mon site plante totalement un mois avant le premier lancement de formation en ligne. Je découvre la plateforme d’hébergement Learnybox et migre vers elle en tentant le tout pour le tout. Le premier mois est gratuit. J’ai un mois pour réunir 1500€. Mon premier lancement me permettra d’en gagner 2000. J’évite encore les dettes. Dieu ne m’abandonne pas… L’entreprenariat c’est une véritable liberté mais c’est aussi partir à l’inconnu et sortir de sa zone de confort. C’est prendre des risques et accepter l’idée que demain on peut tout perdre. C’est apprendre à se détacher du matériel et à comprendre qu’on n’a pas la main mise sur tout.

Personnellement parlant, je suis toujours seule et ne veux personne d’autre dans ma vie. Je ne veux pas que les enfants aient un autre homme dans leur vie. Ils aiment trop leur père. Je suis prête au sacrifice pour eux. Et de toute façon, j’aime encore passionnément mon ex-mari et souffre de la séparation que j’ai demandée. On se redonne une chance mais c’est trop tôt. On n’est pas prêt, et ça relâche au bout de 6 mois. Je déprime encore plus, les larmes coulent toujours à flot.  J’essaie de me remotiver en tenant un journal et en écrivant des phrases positives que je me répète au quotidien. Je travaille aussi beaucoup ma foi pour trouver la force de continuer. Rien n’arrive en vain…

2018

Je me consacre corps et âme au travail. Je ne fais que ça et m’épanouie dedans. La société prend tout doucement son envol. Elle progresse lentement mais sûrement. Tout l’argent que je gagne, je l’investis dans la société. Je ne me prends toujours pas de salaire. Je suis toujours au RSA, pour moi c’est une honte, je vis au crochet de l’état, moi qui ait toujours travaillé… Le RSA n’est pas suffisant pour assumer mes 6 enfants, alors en parallèle pour m’en sortir, je paie des charges avec la boîte : internet, téléphone, matériel pédagogique, matériel administratif, gazole et consommables. J’arrive à emmener mes enfants une semaine en vacances en Vendée. Ma fille de 5 ans découvre les vacances pour la première fois et croit qu’on va changer de maison…

2019

Avec @madeinclems, on fait une mauvaise rencontre professionnellement parlant qui nous apprendra beaucoup et nous montrera qu’on a les compétences nécessaires pour s’en sortir. On a seulement besoin de l’aide de Dieu !

Je me retrouve avec mon ex-mari et cette fois-ci c’est la bonne 😁. On a cheminé tous les deux et compris nos erreurs. J’ai appris à être heureuse pour moi et à m’estimer. Je suis beaucoup plus calme et ne crie quasiment plus. Je communique de façon bien plus apaisée et réfléchie.  Je dis enfin au revoir au RSA sans regret ! 

Mais je suis fatiguée de gérer la maison et la société en parallèle au même endroit. J’ai besoin de faire une scission entre les deux. Je cumule les bourdes dans les envois de colis. J’ai besoin d’un local. Je cherche tous les jours. Trop grand, trop cher, pas assez de garanties, pas assez de bénéfices… Jusqu’au jour J où je trouve THE local. Je me lance avec mon amie @madeinclems. On partagera ce local à deux.

Une nouvelle vie commence. Une page se tourne. Tout vient à point qui sait attendre. C’est Dieu qui donne, pour le reste j’ai juste fait les causes qui ont permis d’en arriver là. Les seuls mots d’ordre : PATIENCE et PERSÉVÉRANCE. Je suis heureuse d’avoir essayé et de vivre l’aventure qu’est l’entreprenariat. Peu m’importe l’issue finale. J’ai bien plus appris ces 4 dernières années que les 20 années précédentes.

Désormais vous pourrez retirer vos colis à l’adresse suivante : ZAC la Vallée- 6 rue des Maraîchers – 78 970 – Mézières-Sur-Seine

N'hésitez pas à partager l'article sur vos réseaux sociaux en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Facebook
WhatsApp
Email
Twitter
LinkedIn

9 commentaires pour “Entreprenariat

  1. Merci pour ce partage sur ta vie… cette ténacité, cette énergie, cette persévérance… tu n’as pas lâché ton objectif par la grâce de notre seigneur, tu t’ en ai remis à lui et tu n’as pas désespéré alors que tu aurai pu retourner ds l l’éducation nationale chose qui était bcp plus simple! Et en plus tu as retrouvé l’homme de ta vie sobranAllah. Il n’y a de force et de puissance que par Allah quel belle exemple une warrior! Qu’Allah vs préserve et fructifie votre commerce

  2. Salam alayki Meyriem , une warrior de grand niveau . tu m inspirait déjà beaucoup de résilience et de détermination a travers ta formation et tes partages mais en plongeant dans ton histoire c est vraiment beau de lire des témoignages authentiques et sans filtres comme celui que tu viens de faire . tu peux être fière de toi Allahibarek . je te souhaite que tu bonheur pour toi et ta famille etbeaucoup de baraka dans tous tes projets professionnels et personnels , Chaima d Egypte

  3. Hyper heureuse pour toi.
    Il y a de ces tempêtes parfois dans la vie… J’espère un jour être stabilisée et winner comme toi, j’y crois fortement ! Je suis juste dans ma tempête…
    Félicitations pour ta vaillance.

  4. Coucou Myriam
    Je t’écris car ton histoire m’a touché tu nous la partage avec sincérité et sans filtre et nous encourage à un point que tu ne t’imagines pas.
    C’est drôle quand tu écris “j’ai arrêté de crier et je suis plus calme” car la première fois que je t’ai écouté c’était par hasard sur youtube et j’ai juste adoré ta façon de parler et depuis je te suis toujours !! Alors ça me fait toujours un peu sourire quand tu écris ça 🙂 car sache le c’est ton côté passionnée machaalah qui fait de toi cette personne spéciale !
    Juste pour te dire que le meilleur passage de ce témoignage c’est les retrouvailles avec ta moitié j’étais tellement contente pour toi et ta famille . qu’Allah vous accorde l’amour sincère et la réussite dans tout ce que vous entreprenez.
    Très fraternellement

  5. Bravo Myriam pour ce chemin parcouru, je suis sure que ce n est qu un début! Allah nous guide et nous soumet à ce que nous sommes capables de supporter. La fierté est bonne lorsqu elle nous fait avancer et mauvaise lorsqu’elle se transforme em orgueil. Kheir inchallah
    Bravo encore
    Sincèrement
    Fatima et namla et les autres que tu reconnaîtras

  6. Salam aleykoum , je te suis sur insta mais je ne connaissais pas ton histoire et wahouu ..
    Qu’ALLAH. Te facilite et fructifie ton commerce ma soeur.. tu es un belle exemple de persévérance et de motivation. bisous ❤️

  7. Qu Allah te facilite dans cette aventure
    Qu Allah vous accorde la réussite
    Bravo d avoir réussi à relever la tête malgré toutes ces épreuves. C’est vrai Dieu ne nous abandonne pas.
    Que Dieu préserve ton couple tes enfants
    Et bon courage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les derniers articles du blog des supers Mom's

L’anglais avec Mélopie

Septembre 2019, les éditions Melopie se sont rapprochées de moi afin de me faire découvrir leur approche sur l’apprentissage de la musique ou de l’anglais. Ma fille étant passionnée par les langues et en particulier par l’anglais, j’ai sauté sur l’occasion et c’est un véritable coup de cœur ! 1) …

Critères de divisibilités

Comment peut-on savoir si on peut diviser un nombre par 2, 3, 4, 5, 9 ou 10 sans poser la division ou tester à la calculatrice ? Il y a des astuces à connaitre pour le savoir sans avoir besoin de poser la division ! 1) Critères de divisibilité Pour …

France Miniature

Je n’ai jamais aimé l’histoire et encore moins l’histoire de France ! Le seul souvenir que j’ai de mes années de collégienne-lycéenne, c’est celui d’un stylo, de feuilles et d’heures entières de grattage ! Je sais que certains ont eu plus de chance que moi, à commencer par mon fils …

IEF : nouvelle loi

Depuis le 5 décembre 2018, le projet de loi pour une école de la confiance est débattu au parlement. Ce projet de loi, sous couvert du ministre de l’éducation Jean-Michel Blanquer, a finalement été voté et publié le 26 juillet 2019 sous le numéro 2019-791. Ce pavé de 190 pages …