Maman entrepreneure et IEF : rêve ou réalité ?

Être maman, femme entrepreneure et faire école à la maison est-ce compatible, réalisable et surtout rentable ? Partout sur le net, on nous incite à devenir notre propre entrepreneur. D’ailleurs, nombreux sont ceux qui nous font miroiter avec des photos de vacances à couper le souffle. Ça semble si facile quand on les regarde, qu’on se laisserait bien tenter par l’aventure ! Mais ici, vous êtes sur un blog sans tabou, alors on va évoquer 5 rêves et voir s’ils relèvent du mythe ou de la réalité.

Peut-on être une maman entrepreneure, se débrouiller toute seule, tenir son intérieur, prendre soin de soi, faire école à la maison et bien gagner sa vie ?

Qui suis-je pour en parler ? Une maman de 6 enfants, ancienne enseignante titulaire de physique-chimie devenue entrepreneure depuis 2017 et faisant école à la maison à 2 de ses enfants dyslexiques. Je suis passée par une période maman solo et suis désormais en couple (toujours avec le papa de mes enfants). Je crois qu’il n’y a pas plus légitime que moi pour vous en parler en toute transparence. 

Sommaire de l'article. Cliquez sur la flèche pour l'afficher puis sur les titres.

Maman fait école à la maison

Je me suis lancée dans l’école à la maison en 2014. Lors d’un précédent article, je vous ai parlé de ma première inspection académique catastrophique. Si vous n’avez pas encore lu cet article, rendez-vous ici : les 15 erreurs qui m’ont fait rater ma première inspection académique. Vous savez que je ne cherche pas à vous mettre des paillettes plein les yeux et que j’ai pour habitude de vous révéler les choses telles qu’elles sont. Ce n’est peut-être pas toujours très poétique ou féérique mais ça a le mérite d’être vrai !

L’école à la maison, c’est la meilleure chose qui nous soit arrivée et si c’était à refaire, je le referai sans aucune hésitation. Je dirai même que je commencerai beaucoup plus tôt ! Mais ça n’a pas été de tout repos et c’est encore loin de l’être. Comme vous le savez, je suis avec deux enfants dyslexiques dont un avec une forte dysphasie et dyslexie. Je rédigerai plus tard un article à ce sujet.

 
La face cachée de l'école à la maison

Faire école à la maison, ça demande du temps, de la patience, de l’organisation, des connaissances et des compétences. On peut acquérir les connaissances et les compétences au fur et à mesure. Mais si on n’est pas une maman organisée, on manquera indubitablement de temps. Et si on manque de temps, on manquera forcément de patience. Ce vilain cercle vicieux nous mène tout droit à la dépression ou à la maman qui crie.

Tiens puisqu’on en parle, Florence Foresti nous en parle très bien avec humour :

Maintenant que l’ambiance est bien détendue, nous allons pouvoir revenir sur la réalité qui n’est pas très loin de ce que vous venez de voir. En école à la maison, on a paradoxalement besoin d’être encore plus organisée. Surtout si vous avez plus de 3 enfants. Vos enfants vous accompagnent toute la journée et en fonction de leur âge, vont plus ou moins vous solliciter. Que dire quand l’un d’entre eux est encore un bébé et nécessite toute votre attention. Votre potentiel temps de sommeil est réduit au maximum, mettant bien à mal votre quota de patience.

Le mythe des réseaux sociaux

Et pourtant partout dans les réseaux, on voit de sublimes photos d’activités nous faisant rêver. Mensonge ou réalité ? Disons que c’est une portion de la journée ne reflétant pas tout le reste (et parfois c’est du mensonge).

Le souci est que notre cerveau fait très facilement des raccourcis. Certains me diront que non, qu’ils arrivent très bien à prendre du recul, alors je vous demanderai de regarder attentivement les 2 images ci-dessous.

illusions d'optique - les formes de kanizsa

Votre oeil distingue-t-il le triangle blanc et le carré blanc ? Oui ? Et pourtant ils n’existent pas ! Ils ne sont pas dessinés, mais votre cerveau a fait un raccourci et a interprété ces formes comme étant un triangle et un carré. Ces formes de Kanizsa sont des illusions d’optique cognitives.

De la même manière, lorsque votre cerveau se retrouve face à un profil d’un RS avec de jolies photos frôlant la perfection, il réalise un raccourci en se disant que ce doit être parfait tout le temps. Or ce n’est qu’une fraction de secondes de la journée immortalisée en image !

Vous ne saurez jamais ce qu’il en est vraiment. Personne n’affiche cette face-là et pour cause : c’est notre intimité ! Les réseaux sociaux (RS) ne sont pas représentatifs de la réalité. Chacun y est libre d’afficher ce qui lui plaît et personne n’aime se montrer sous son pire jour sous couvert de recevoir une avalanche de critiques et de messages désagréables à lire. On se plaint assez régulièrement de ce côté utopique des RS, mais en même temps si les gens critiquaient moins, il pourrait y avoir plus de transparence.

Nous accordons de l’importance à l’apparence depuis tout temps. Oui l’être-humain aime ce qui est beau et agréable à regarder. Mais depuis les RS, ce phénomène a pris des proportions disproportionnées et aujourd’hui nous sommes devenus une société d’image parfaite au détriment de la réalité.

Une maison au carré... ou pas
désordre

Je ne vous montre pas mes vêtements en désordre ou ma cuisine non rangée sur mes RS car je ne voudrais pas qu’on fasse un raccourci sur moi du genre : elle n’est pas soignée, voir pire : elle est sale !

Mais sans vous montrer de photos, je puis vous assurer que régulièrement ma chambre est le siège de nombreux bacs à vêtements posés ci et là. Que je déteste repasser mais que je déteste aussi voir un placard mal plié alors je préfère ne pas ranger les vêtements plutôt que de les voir dans ma penderie pêle-mêle. Un peu contradictoire hein ?!

Ma cuisine n’est pas rangée tous les soirs et la salle (point de rendez-vous de toute la famille) est souvent le siège de cabanes improvisées, de salle de dessin ou de jeux de société. Pourtant j’adore voir une maison rangée au carré et je prends beaucoup de plaisir à le faire… mais ça n’est plus une priorité (photo achetée sur canstock photo).

Avec le temps, j’ai fini par accepter que ce n’était pas si grave et que l’essentiel était que mes enfants s’amusent. Bon, quand mes yeux ne supportent plus ça au point où ça impacte ma capacité à me concentrer sur l’essentiel, je râle un bon coup (je sais ce n’est pas bien) et la range de fond en comble. Mais je ne détruis pas une cabane s’ils sont en plein jeu. Et je ne détruis pas une construction de légo. Les enfants participent aussi bien à faire le désordre qu’à le ranger, même si leur rangement ne correspond pas à mon idéal forgé par une éducation rigide…

Une organisation sans faille ?
My Agenda 365

Je n’en ai pas encore trouvée ! Si vous y arrivez, merci de me prévenir à condition que vous ayez les mêmes impératifs que moi ;). J’estime pourtant être une maman assez bien organisée, mais ai parfois tendance à m’éparpiller et ne pas rester focalisée sur les objectifs journaliers que je m’étais fixée. J’utilise un super agenda depuis deux ans de chez My 365. Mais malgré tout je n’ai pas encore une organisation idéale et me retrouve régulièrement insatisfaite du peu de temps que je me consacre.

Il y a des tonnes de choses que j’aimerai mettre en place et pour le moment je n’y arrive pas. MAIS, petit à petit je fais des efforts sur certains points me permettant d’avancer sur ces objectifs à long terme. Quels sont-ils d’ailleurs ?

  • Faire du batch cooking le samedi (pour préparer et congeler mes repas à l’avance de la semaine)
  • Pratiquer du sport 3 fois par semaine
  • Faire IEF uniquement le matin et avoir mes plannings de prêts le weekend pour le lundi.
  • Manger uniquement équilibré
  • Ne rien faire le dimanche, me reposer
  • Travailler en journée 5 heures par jour maximum
  • Devenir bilingue en arabe, puis en anglais et enfin en espagnol

Ce sont mes objectifs sur du long terme. J’ai déjà commencé à mettre de petites choses en place pour y arriver, mais j’ai conscience que ça va me prendre du temps et que je ne peux pas y arriver d’un coup.

Maman est entrepreneure et gagne bien sa vie

Techniquement parlant, pour développer une entreprise avec une forte croissance, il faut des fonds ! Officiellement, j’ai commencé il y a bientôt 4 ans, non seulement en ne partant de rien, mais en plus en partant d’une situation financière personnelle difficile puisque j’avais des dettes sur le dos. Officieusement j’ai essayé de créer ma première entreprise il y a 6 ans et cela a été un échec total : je voulais vendre du matériel pédagogique mais n’avais pas les fonds nécessaires pour me lancer.

J’ai fait faire un site internet, trouvé des fournisseurs, monté une demande d’IDV (Indemnité de Départ Volontaire) auprès de l’éducation nationale pour… rien. J’ai fini par tout abandonner 1 an et demi plus tard…

Partir de rien
argent

Lorsque j’ai créé mon entreprise en décembre 2016, j’étais en pleine séparation de mon conjoint, n’avais plus le droit au congé parental (ces fameux 300 € par mois de la CAF) et on n’arrivait plus à payer les traites de notre maison. Résultat, il fallait vendre au plus vite et à perte. J’ai eu des moment très difficiles où le frigo ne pouvait pas se remplir.

Un jour plus difficile que les autres, je me suis résolue à l’idée de me rendre à la croix rouge pour récupérer de la nourriture. C’était une véritable honte pour moi qui avait travaillé jusqu’à présent et qui ne vivait pas au crochet de l’état. Et puis ce jour là un miracle s’est produit : la CAF m’a alloué le droit au RSA (le mot dont il ne faut pas parler) et j’ai pu éviter la croix rouge…

Quelques mois plus tard la maison a été vendue à perte, mais j’étais bien soulagée : je n’avais plus de dettes…

Maman repartait donc de zéro, de rien, de nada. Comment faire ? Je n’avais même pas un centime à gaspiller dans les emballages des produits que je venais de commander à un grossiste allemand. Alors j’ai fait les arrières-boutiques des magasins, les bennes à ordures pour les cartons et je me disais en parallèle : rappelle-toi de cette période humiliante et difficile Myriam. Rappelle-toi toujours d’où tu viens !

 

Construire les fondations

Jusqu’en 2017 j’étais en pleine construction de ma formation en ligne pour faire école à la maison. Je la lance pour 4 fois moins ce qu’elle vaut et fais mon premier chiffre d’affaire : 2000 € en un mois. Sauf que c’est très très loin d’être suffisant pour vivre… Ça paie tout juste la location de la plateforme Learnybox me permettant d’héberger ma formation pour un an… Je n’ai aucune connaissance en marketing et n’ai pas d’argent pour me former… Ça bricole donc par ci par là. Je me saisis du réseau instagram que j’avais ouvert en 2016, mais jamais alimenté. D’ailleurs l’année dernière j’ai découvert une formation qui m’a beaucoup plu avec un formateur très humble en plus d’être extrêmement pertinent. Si ça vous intéresse c’est chez Marketing Mania. Note : je n’ai aucune affiliation, je vous en parle parce que vraiment ça m’a beaucoup apporté personnellement et professionnellement parlant. 

freelance

Alors je tâtonne et me plante fréquemment. Les objectifs obtenus sont toujours très loin des objectifs espérés et je n’arrive toujours pas à l’heure actuelle à me prendre un salaire. Et oui, comme ça le tabou est levé : maman ne gagne toujours pas sa vie avec son entreprise après 3 ans d’exercices. Ce qui ne veut pas dire qu’elle n’est pas viable puisqu’aujourd’hui je paie des freelances à qui je délègue une partie du travail que j’abattais avant toute seule. Mais je n’ai toujours pas les moyens de me payer MOI…

Quelques frais bien sûr sont à la charge de la société, soulageant ainsi quelque peu mon quotidien, comme les frais d’essence, internet, les consommables et les outils pédagogiques que je teste. Mais pour chercher un appartement, ce n’est pas suffisant… Il faut des fiches de paie !

J’ai touché le RSA jusqu’à ce qu’on se remette ensemble avec mon ex-mari. Étant donné que LUI est en CDI, je n’y ai plus droit, et je vous dirai : tant mieux ! Que c’est humiliant tous les mois de se rendre à un RDV pour justifier que vous n’êtes pas en train de profiter de l’état et que vous travaillez comme une forcenée pour essayer de vous en sortir… D’ailleurs les accompagnants sont toujours stupéfaits de mon travail, mais ça ne résout pas mon problème de salaire…

 
Mon chiffre d'affaire

Au niveau de cette lecture, vous êtes peut-être déçus… Vous vous attendiez avec une storytelling ayant une fin heureuse et je vous annonce aujourd’hui ne toujours pas gagner décemment ma vie. Vous m’en voyez désolée, mais je ne peux me résoudre à mentir, mon expérience pouvant en inspirer d’autres. L’entreprise se développe donc très doucement et le chiffre d’affaire progresse d’une année sur l’autre sans pour autant me permettre de m’octroyer un salaire. Je vous ai mis ci-dessous mon chiffre d’affaire de ces trois dernières années en toute transparence.

maman entrepreneur chiffre d'affaire - apprends-moi autrement

J’ai tenté différentes stratégies commerciales tout en restant en accord avec mes principes. Avec l’argent gagné, je me suis formée à diverses pédagogies mais aussi à l’approche marketing qui est loin d’être inné pour une maman comme moi ! Je n’aime pas les techniques rentre-dedans, ni le système de promesses qu’on peut voir un peu partout sur le net. J’ai donc beaucoup de mal à me vendre, à aborder les “influenceuses” et me force à le faire. Maman sort réellement de sa zone de confort 😉

Il faut avoir conscience qu’au fur et à mesure qu’une entreprise se développe, de nouveaux frais sont engagés. Aujourd’hui une grande partie du chiffre d’affaire part dans le paiement mensuel d’un comptable, les prestations d’un informaticien, d’une infographiste, d’une responsable SEO ou d’une assistante relation-clientèle. C’est positif car ça me permet de me dégager du temps pour faire autre chose. Mais ça explique aussi pourquoi, malgré l’augmentation du chiffre d’affaire, je ne peux toujours pas me dégager un salaire.

Le reste va dans les consommables, les frais de transport, l’équipement technique et le mobilier pour travailler de façon décente tout en optimisant le temps de travail.

Changer son fusil d'épaule
conjugaison avec conju'gage

Je me lasse vite de ce que je fais et aime énormément bouger dans le monde de l’entrepreneuriat. Je me suis découvert deux passions : l’écriture et les jeux de société.  2020 a donc été donc un tournant professionnel pour moi avec le lancement de mon premier bébé : le jeu Conju’Gage. On en a prévendu 1000 ce qui est encore en dessous de ce que j’avais espéré. Le COVID ne m’aura pas aidée…

Je ne comprends pas, j’ai pourtant l’impression que ça roule parfaitement pour les autres (mythe des RS). Serais-je la seule maman à ne pas m’en sortir ? Ou bien est-ce trop tabou pour que les autres mamans en parlent ?

Mon réseau instagram se développe doucement mais je le trouve de moins en moins engagé. Je ne publie sûrement pas ce que les gens attendent, et je ne dois certainement pas assez les toucher émotionnellement parlant. Mais maman est fatiguée d’essayer de comprendre ce que veulent les gens au détriment de ses besoins personnels. Et je n’ai pas envie de publier pour publier. J’ai certainement beaucoup de choses à remettre en question mais je n’ai plus l’énergie pour.

Je ressors épuisée de l’expérience du crowfunding et des réseaux sociaux. Maman décide de faire un break pour 2020-2021, en se consacrant à l’écriture sur le blog, ses apprentissages personnels et ses enfants…

La communication
réseaux sociaux

C’est un métier à part entière, disons-le clairement. Ce n’est pas ce que j’affectionne le plus dans l’entrepreneuriat et c’est même mon talon d’Achille. Pourtant comment vendre un produit si personne n’est au courant qu’il existe ? C’est clairement la prochaine étape de ma société : trouver un freelance qui s’occuperait de la communication et du démarchage commercial. Ce qui veut dire que je dois aussi en chercher un, et en ce moment je peine à boucler mes objectifs journaliers. Mon agenda est plein au quotidien et l’IEF avec mes deux enfants dyslexiques me prend beaucoup de temps. Alors si vous êtes commercial-e et passionné par l’éducatif, contactez-moi 😉 !

Les RS bouffent littéralement mon temps, car il faut aussi regarder ce que les autres font. Et puis disons-le il y a aussi sur les réseaux, des choses très pertinentes, tout n’est pas à jeter à la poubelle. J’ai donc pris la décision de ne plus me connecter le weekend. Tant pis pour l’algorithme instagram. Ensuite, je ne publie plus qu’une seule fois par semaine et je me suis imposée d’être au moins régulière là-dessus en partageant tous les lundis soit un article, soit un document de travail. Ce sont mes seuls et uniques objectifs pour la communication.

Mais mieux vaut peu que pas du tout. Et de toute façon, comme je suis parfaitement incapable d’écrire un texte de 300 mots (il en fait toujours au minimum 2000 voir 3000), je passe plusieurs jours à le rédiger (15 à 35 heures de travail). Écrire un article élaboré, c’est donc déjà un travail à temps plein en soi !

Prendre soin de soi

Pendant 4 ans, j’ai fait école à la maison la journée et une partie de la nuit était consacrée à mon travail (seul moment de calme absolu). Un rythme infernal. Pendant cette période, je ne chiffre rien, y vais au doigt mouillé et surtout je n’ai personne pour me soulager. Quand mon mari (ancien ex-mari) prenait les enfants certains weekends, je les passais à travailler non-stop au lieu de me reposer. Le lancement du jeu Conju’Gage, m’a quant à lui fait ressembler à un zombie…

Alors à la fin des vacances d’été 2020, Maman s’est dit, STOP, ça suffit. Tu te négliges, tu négliges tes enfants, ta maison est sens dessus dessous assez régulièrement (et elle l’est encore d’ailleurs), tes paniers à linge débordent, tu ne fais plus de sport, tu ne prends plus le temps de lire, tu t’enfiles des paquets de bonbons pour combler ta frustration et tu as pris 10 kg en un an ! STOOOOOOP !

J’ai réalisé avoir choisi l’entrepreneuriat pour sa liberté et au final, m’être retrouvée l’esclave de ma société… Comble de l’ironie.

maman sandwich alimentation

Aujourd’hui mes journées commencent à 5 heures du matin et finissent aux alentours de 22-23 heures. Pour le moment j’ai réussi à reprendre mes cours d’arabe et la lecture de livres. Le sport n’est pas encore régulier et je suis très loin des 3 fois par semaine. Je n’ai pas retouché un bonbon depuis le 20 juin 2020 (une véritable junkie en état de sevrage) et le dimanche est enfin un jour de repos ! Les plannings IEF ne sont pas toujours prêts le samedi, mais au moins ils sont encore là et je vous les partage d’ailleurs sur la page suivante : planning IEF.

Toutefois, maman n’arrive pas encore à faire du batchcooking, ne mange pas toujours équilibré et a fait pas mal d’écart à ses résolutions ces 3 dernières semaines.

 

Maman est heureuse dans son couple

Certains me diront sûrement “et ton mari ?” Et bien mon mari ne s’occupe pas du tout de l’IEF et ce pour deux raisons : premièrement l’école ça n’a jamais été son fort, la pédagogie encore moins. Deuxièmement, l’IEF, c’était très égoïstement mon choix et pas le sien. Aujourd’hui, c’est accepté et compris, mais il a fallu du temps 🙂 Pour mon entreprise il ne peut rien faire pour moi non plus, c’est mon choix pas le sien.

Sans rentrer dans les détails de notre quotidien et la répartition des tâches qui ne regarde que nous, il y a un équilibre entre nous. Le déséquilibre vient plutôt de la charge IEF avec mes deux enfants dys et de mon propre travail. Comme la charge IEF est incompressible, c’est donc sur l’organisation du travail qu’il me faut rogner.

Le plus important dans un couple c’est de comprendre qu’on doit être heureux avec ou sans son conjoint. Le couple vient juste ajouter de la joie à un bonheur déjà existant. C’est une vision simpliste quand on le dit, mais il m’aura fallu du temps pour le comprendre.

Issue d’une enfance pas très joyeuse, je m’étais convaincue que c’était à mon mari de me rendre heureuse. Or j’étais complètement à côté de la plaque. J’ai déjà tout pour être heureuse, malgré les épreuves de la vie. Si je focalise uniquement sur ce que je n’ai pas, alors oui, je serai toujours malheureuse. Par contre si je considère davantage ce que j’ai, alors le bonheur se trouve à mes pieds, et je n’ai plus qu’à le ramasser.

maman famille

Toutefois, le bonheur d’un couple s’entretient en passant du temps ensemble, et un temps de qualité ! Et ceci est parfaitement incompatible si je n’arrive pas à me dégager des jours de repos et à fermer mon ordinateur à partir d’une certaine heure. Quand c’est passager, ça n’est pas grave, mais si ça devient récurrent, ça risque de poser problème. Mon travail ne remplacera pas l’humain, et à choisir entre être riche ou être présente avec mes proches, je choisis ma famille.

En conclusion...

J’espère que mon récit ne vous aura pas découragés de vous lancer dans l’entrepreneuriat mes chères lecteurs et lectrices. Mais je voulais lever un tabou qui n’est jamais abordé en public. Ou tout du moins, qui n’ai jamais abordé tant que la difficulté n’est pas passée. Aujourd’hui, je vous montre que cette difficulté est encore là pour moi, et je ne sais pas quand elle disparaîtra. Devenir riche n’est pas un objectif de vie pour moi et ne l’a jamais été. Être autonome et ne plus dépendre de l’état oui, car c’est le prix de mon indépendance et donc de ma liberté.

La vérité c’est que travailler seul et sans soutien se paie d’une manière ou d’une autre. Soit maman s’oublie, soit elle passe moins de temps avec ses enfants, soit son couple bat de l’aile, soit sa maison est retournée ou soit elle ne se développe pas assez vite sa société. Tout ne peut pas être parfait. C’est IMPOSSIBLE. Si certains prétendent le contraire c’est un mensonge. On a tous besoin d’aide ne serait-ce que pour l’entretien de notre intérieur.

Si vous avez l’opportunité de vous associer avec quelqu’un, alors faites-le dans les règles de l’art bien sûr. Travailler seul c’est génial parce que vous ne devez rendre de compte à personne, mais ça prend du temps, c’est difficile et pas gratifiant tout de suite. J’ai parfois des moments de doute où je me dis que j’aimerai bien avoir un emploi stable avec un salaire fixe qui tombe tous les mois, comme quand j’étais prof.

Mais ces moments de doute ne durent jamais très longtemps, et si tout ceci était à refaire, alors je le referai sans aucune hésitation, voir je commencerai plus tôt ! J’ai la chance aujourd’hui d’exercer librement un métier que j’aime sans que qui que ce soit m’impose un horaire, un style vestimentaire ou une façon de travailler. Cette liberté je l’adore et je la garde !

Si vous avez aimé cet article ou si vous avez des questions, laissez-moi un commentaire !

Car un blog sans commentaire, c'est comme un repas sans sel 😉

Des ouvrages et des vidéos pour aller plus loin

Pour avoir cherché de l’aide dans mes débuts, je sais qu’une formation est plus que bénéfique sur notre bien-être psychologique ! Mais financièrement je n’ai pas pu me le permettre au début. Je n’avais plus mon salaire de prof et rien de côté. J’ai donc passé énormément de temps à me former en autodidacte avant de pouvoir véritablement me former à ces pédagogies. Lorsque je me suis moi-même mise à proposer des formations, j’ai totalement occulté de ma mémoire cette problématique que d’autres parents comme moi pouvaient rencontrer.

Dernièrement j’ai donc décidé de me mettre à la portée de tous en proposant non seulement des ouvrages de formations très complets mais aussi en incluant les vidéos de présentation grâce à des QR-codes que vous pouvez scanner avec votre smartphone. N’importe quelle application gratuite fera l’affaire pour les lire. Avec la marque Apple, l’appareil photo suffit. Ces vidéos faisaient partie de ma formation en ligne qui coûtait de 400 à 800 €

Dans ces ouvrages, on vous guide pas à pas avec une progression correspondant au programme de l’éducation nationale. Ainsi vous restez dans un cadre rassurant tout en vous permettant une certaine liberté pédagogique. Nos ouvrages présentent divers outils pédagogiques vous permettant de présenter des notions abstraites de façon concrète. Ça passe par la pédagogie Montessori, mais pas que !

Regardez ce qu’en disent les anciens membres de la formation :

Vous pouvez retrouver tous nos ouvrages sur la boutique. Il vous suffit de cliquer sur les images ci-dessous pour accéder au descriptif complet et éventuellement les commander.

Partagez l'article sur vos réseaux sociaux en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Facebook
WhatsApp
Email
Twitter
Pinterest
LinkedIn

30 commentaires pour “Maman entrepreneure et IEF : rêve ou réalité ?

  1. Merci infiniment pour votre article si rassurant. Les RS nous montrent toujours le beau côté des choses, en occultant les trucs moins sympas, la vraie vie en somme. Et finalement ils nous trompent, voire nous découragent ou nous font nous sentir “nulles”. Votre article remet les pendules à l’heure et m’a redonné le moral car cela fait des années que je me suis lancée moi aussi et des fois j’ai mal à la tête de me demander “mais que dois-je faire pour vendre ?”, “que dois-je faire pour avoir de la visibilité, des clientes fidèles, du public” ? En tant qu’AE on a parfois l’impression de crier dans le désert des RS … d’être invisible. Et quand l’argent ne rentre pas, c’est le stress. Merci de le dire. Et de nous dire par la même occasion qu’on fait de notre mieux, et pas grave si la maison n’est pas impeccable .. il y a d’autres priorités.

  2. Bonjour Myriam. Je viens de lire ton article maman entrepreneur et je voulais juste te remercier pour ce que tu m’as apporté et ton investissement. Tes supports sont géniaux et tu as beaucoup de superbes idées. Perso tu m’épates. Qu’Allah fructifie ton commerce et te permettre d’atteindre tes objectifs.

    Salem’alicoum ou Rahmattoulah.

  3. Salam
    Merci pour cet article plein d’authenticité
    D’après mon expérience les 3 premieres années sont les plus difficiles pour une société
    A partir de 5 ans ca commence a se stabiliser inchAllah

  4. Merci pour cet article si proche de la réalité de pas mal de mamans entrepreneures.
    Maman de seulement 2 enfants, je me retrouve dans tes conclusions. Soit la maison est en désordre, soit la cuisine n’est pas faite, soit la boîte ne se développe pas comme on le voudrait… J’ai lâché prise l’année dernière car je ressentais trop de frustration de ne pas pouvoir développer comme je le souhaitais. Aujourd’hui mon petit est gardé 2 jours par semaine ce qui me permet de me relancer professionnellement et enfin espérer me payer ! Bon courage à toi et bonne retrouvaille avec toi même. Prends soin de toi pour pouvoir prendre soin des tiens et avoir l’énergie pour ta boîte.

  5. Wa a’leyki salaam wa rahmatouLlaah wa baarakatou
    Après la difficulté la facilité…
    Qu’ALlaah te facilite, tu l’auras ton salaire in shaa ALlaah .

  6. J admire ta combativité. Ton article est une pépite dans ce monde virtuel qui nous culpabilise tant en tant que mère, qu en tant que femme entrepreneur!
    Merci pour cette sincérité

  7. Bravo pour ce superbe article. Plein de verités et inspirant. Loin de me décourager pour me lancer, il me donne de l’espoir et de la motivation. Alors non, je ne vais pas devenir riche du jour au lendemain, ni même d’un an à l’autre, mais le principal est de faire de son mieux, persévérer et sortir de sa zone de confort.
    Je suis convaincue que ce n’est plus qu’une question de temps avant que ton entreprise ne décolle.
    Merci pour ton engagement motivant.

  8. Asselemu3aleyki wa rahmatuLlahi wa barakatuh Ukhty Maryam,
    Merci beaucoup pour cet article. Tu nous as tout bien détaillé.
    Je suis très contente pour ton couple elhamduliLlah.
    Qu’Allah t’accorde la joie, le bonheur et la sérénité.

  9. Super article: sincérité, transparence, bienveillance. Tout ce que l’on aime et ce qui manque cruellement au monde d’aujourd’hui. Merci de montrer l’envers du décor et merci aussi pour tout ce travail que tu fournis, tu ne te paies pas, mais tu paies d’autres pour bosser avec toi, c’est un cercle vertueux. Tu mises tout sur ton entreprise et la qualité de ce que tu produis, cela finira par payer car tu le mérites. Ton témoignage ne décourage pas à se lancer, je dirai au contraire il rassure. Belle continuation

  10. Ah ça fait du bien de lire cet article !!
    On dirait que c’est moi!!
    Avec bcp moins de difficultés et pourtant tout aussi perdue !!
    Tu m’as donné la motivation de travailler plus dur et faire le nécessaire pour que ça marche ! Merci bcp et très bon courage

  11. Merci pour le partage…Article très intéressant. On a tjr l’impression qu’être à son compte c’est le jackpot, car moi aussi je souhaiterai travailler à mon compte. Alors oui si tout est fait par nous même. Mais nous ne sommes pas des robots et pas bons partout.

    Puis je me rend compte que vous courrez partout, ce qui est mon cas aussi en tant que salarié avec enfants.

    On a finalement un objectif commun: trouver un équilibre entre vie pro et vie familiale et idéalement se dégager bcp plus de temps pour sa famille.

    En tout cas je vous souhaite d’aller encore plus loin et de la reussite. Que Dieu vous facilite. Et je suis certaine, qu’un jour vous arriverez à vous verser un salaire .

    Je vais aussi de ce pas, partager votre expérience avec ma soeur qui commence à monter son business

    Bonne continuation!

  12. Merci bcp pour cette article
    C’est rassurant de se dire que nous ne sommes pas toutes seule dans la même situation , en fait on est juste des superbes mamans qui font de leurs mieux et la perfection n’existe pas
    l’important c’est le bien être de tous
    Bonne continuation Myriam
    Et surtout un grand merci pour ton beau travail c’est une belle réussite

  13. Merci pour la transparence, merci ton retour d’expérience. Je me sens moins seule dans mes galères d’entrepreneuse ! Du courage pour la suite ! Et surtout tiens bon !
    Ne pas baisser les bras avant le miracle.
    Entreprendre, est un chemin long, qui permet de se rencontrer soi. Ç’est une série de choix, celui de s entourer, un bon comptable, une bonne plateforme et de confiance dans le processus.
    ❤️

  14. Top. On se sent moins seul
    Je tente moi même l’entrepreunariat, et ai 2 enfants en ief. Eh bien, je n’arrive clairement pas à me faire connaître. Je suis incapable de me vendre. Ecrire et mettre des photos regulierement sur les RS, j’ai essayé, je ne tiens pas. C’est trop d’exposition de moi, de ma vie. Et pourtant, je n’en suis pas du tout à votre niveau.
    J’ai également redéfini mes priorités, c’est simple du temps pour Moi et pour ma famille.
    Et sinon, Conjugage est une réussite. On adore à la maison. J’en parle autour de moi (orthophoniste, mamans, …) et leur partage le lien du site
    Bonne continuation

    1. C’est une partie de l’entrepreneuriat difficile et quand ce n’est pas inné en nous on a besoin de se faire aider et il n’y a pas de mal à ça. À chacun ses compétences. Mais la clé de la réussite c’est la visibilité c’est sûr !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les derniers articles du blog des supers Mom's

réglettes Cuisenaire et figures géométriques

Figures géométriques planes : les mémoriser en 3 étapes

La géométrie pose très souvent problème aux élèves. Moi-même étant jeune, je n’aimais pas ça et n’en voyais pas du tout l’intérêt. Faut dire que la façon dont c’est présenté à l’école n’est pas très attractive. Pourtant, quand on y réfléchit bien, notre quotidien est entouré de figures géométriques planes …

inspection académique

Les 15 erreurs qui m’ont fait rater ma première inspection académique

Ma première inspection académique a été un véritable fiasco pour mes enfants scolarisés au collège. Un fiasco ? Le mot est faible puisqu’on m’a enjointe à la fin de l’année scolaire de 2015 à re-scolariser mes enfants… Aujourd’hui, j’ai toujours cette impression de mal faire ou de ne jamais faire …

apprendre ses tables de multiplication

Tables de multiplication : 3 étapes pour les retenir définitivement

Les tables de multiplication sont un sujet récurrent parmi vos questions et donc un problème. Comment faire pour les apprendre et ne plus les oublier ? Mais je dirai qu’avant de se poser cette question, la vraie question à se poser c’est pourquoi les retenir ? Y a-t-il au final …

Comment calculer avec les réglettes Cuisenaire

Comment utiliser les réglettes Cuisenaire ?

Sur mon réseau social Instagram, vous avez peut-être pu voir ma fille réaliser des calculs avec les réglettes Cuisenaire. Cet outil suscitant pas mal de questions, j’ai décidé de vous rédiger un article vous expliquant le rôle de ces réglettes, comment on les introduit et comment on joue puis travaille …